Des femmes, des fleurs et des images.

Que l’on prenne quelques instants seulement pour y songer et l’évidence frappe notre conscience : les femmes dans les arts visuels sont accompagnées, depuis les plus anciennes représentations picturales ou sculpturales jusqu’aux derniers avatars actuels, de fleurs particulières ou d’une flore plus diversifiée. Pensons aux très anciennes fresques minoennes d’Akrotiri comme «  les cueilleuses de safran »,  à  la  peinture renaissante  dont La  Primavera  de  Botticelli  est  sans doute  l’un des

exemples les plus probants, aux associations singulières de la peinture de vanité entre femme, fleurs et mort, aux représentations de la Vierge notamment lors des scènes de l’Annonciation.

L’annonciation, Léonard de Vinci, 1472, musée des Offices, Florence

Pensons aux heures de gloire des préraphaélites avec, notamment la profusion florale et végétale caractéristique des portraits féminins de Thomas Edwin Mostyn, de John William Waterhouse ou encore les scènes antiques de Lawrence Alma Tadema et autres représentants de l’art pompier.

Enfin, plus récemment, et pour changer de genre artistique, le travail du photographe Nobuyoshi Araki dont le Musée Guimet a offert une récente rétrospective en septembre 2016, tend à montrer le rapport esthétique entre la fleur et le sexe féminin.

Fête des anges scènes de sexe, Nobuyoshi Araki, 1992.

A contrario, la mythologie et l’iconographie antiques regorgent de personnages féminins personnifiant la flore, la nature, la puissance de vie : la nymphe Flora et son équivalent grec, Chloris, à qui les cultes agraires rendaient hommage, sont représentées avec des fleurs, tout comme Châris, la Grâce, personnifiée dans la céramique grecque par une belle jeune fille au drapé flottant entourée de fleurs. Ainsi femmes et fleurs sont associées depuis les premières expressions picturales historiques jusqu’à nos jours dans notre environnement visuel et artistique quotidien.

*

C’est de cette association, relevant presque de l’évidence ne soulevant pas de questionnement, que nous souhaiterions repartir ici afin d’établir l’archéologie de l’association visuelle, voir et comprendre comment, ce qui semble être un stéréotype, s’est imposé comme une évidence et partant, comme une vérité, pour enfin recenser, décoder et expliquer les survivances de ce stéréotype à l’heure actuelle et tenter de comprendre ce qu’il signifie encore aujourd’hui en faisant la part des choses entre l’héritage antique et les réappropriations et les inventions contemporaines.

Spécialiste de la question du paysage et de sa place dans l’épopée posthomérique, je travaille également sur les phénomènes contemporains de réception de l’Antiquité. Partie d’une enquête visuelle sur le paysage et les décors dans les jeux vidéo et dans les péplums des années 2000-2015, j’ai recensé, analysé et décodé les images que notre société a besoin de créer pour traduire esthétiquement et culturellement l’identité d’une société antique qui est tout à la fois très proche et très éloignée de la nôtre1, nous/pas nous.

Cette question du paysage comme moyen de représenter une pensée sur le monde, un rapport singulier entre l’homme et son environnement soulève un problème d’ordre esthétique. La philosophie et la théorie de l’art ont montré, notamment avec les travaux d’Alain Roger et sa notion d’artialisation2, comment le paysage, d’un point de vue conceptuel et artistique est né d’abord et avant tout avec le corps. C’est parce que les sociétés dites premières ont pratiqué des modifications corporelles à but artistique et identitaire3 que le regard humain s’est distancié d’un rapport naturel à l’environnement et qu’il a transformé directement et indirectement la nature en un espace à investir d’un point de vue artistique4. De là, naît le paysage en pensée, en images et en pratique. Les fleurs étant une émanation bien précise du paysage, comprise comme étant l’ornement suprême de la nature, la production la plus « artistique », la plus belle du monde végétal, je voudrais envisager cette dimension ornementale, esthétique, ce surplus de beauté végétale du paysage et ce, en la mettant en rapport avec le corps de la femme, son histoire à travers la représentation artistique du corps humain, entendu comme émanation, parangon de la beauté.

En tant que spécialiste du paysage, je voudrais dans ce travail de collecte, d’écriture et de réflexion commune, mené par des auteurs invités et moi-même, rassembler suffisamment de matière et de réflexion afin de renverser cette idée et tenter de voir comment dans notre société, du paysage et de son émanation ornementale suprême qu’est la fleur, comme modalité de réception de l’Antiquité dans notre univers visuel quotidien, on en vient à faire du corps de la femme, du corps « artialisé » et esthétisé, du corps parfois tatoué, un paysage vivant porteur d’une symbolique antique sans cesse remotivée par des choix et des démarches personnelles. La lecture plastique et artistique de cette présence de l’Antiquité et de l’ensemble de la culture artistique classique, dans l’association de la fleur et de la femme, allant s’inscrire parfois même jusque dans la chair contemporaine sera menée selon une méthode que j’ai qualifiée ailleurs de tribologique5 c’est-à-dire une méthode d’enquête qui place et qui frotte l’un contre l’autre un fait de culture antique et un fait de culture contemporaine. Car il y a, dans l’acte de rapprocher l’hétérogène du monde floral et du monde corporel féminin, comme un acte de tatouage, dans le fait de fusionner dans l’image et dans l’imaginaire qu’elle réveille, alimente ou créé, dans le fait parfois d’ancrer par l’encre dans les profondeurs de la chair, des motifs antiques, des associations entre fleurs et femmes parfois ancestrales, qui réactualisent un ensemble de mythes et de symboliques à même de fournir le support à l’écriture personnelle d’une individualité contemporaine, un jeu entre la surface et l’enfoui à même de révéler la part du stéréotype et celle de l’invention dans l’acte de recevoir la matière antique et plus largement classique.

1Laury-Nuria André, Game of Rome, ou l’Antiquité vidéoludique, Caen, Éditions Passage(s), coll. Essais, 2016.

2Alain Roger, Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997. Par artialisation, il faut entendre le modelage de la réalité par les schèmes artistiques à l’œuvre dans notre perception. Dans notre lecture du paysage, nous projetterions ainsi sur le réel, les y reconnaissant grandeur nature, des modèles latents, issus de notre culture visuelle, dans un processus de construction de la réalité perçue comparable à celui d’une « forgerie artistique ».

3Tatouage, scarification, piercing etc.

4C’est l’idée que défend et que démontre Alain Roger, Nu et paysage. Essai sur la fonction de l’art, Paris, Aubier, 2001 (rééd.)

5Le terme de tribologie réfère ici au champ de l’archéologie et désigne l’étude des techniques d’usure et de frottement des objets, notamment des pierres, dès lors que l’homme en a été capable. Nous l’employons de manière métaphorique, mais en se reportant à l’étymologie : nous conservons cette idée de frottement de la pensée. Voir à ce propos, Laury-Nuria André, Game of Rome, ou l’Antiquité vidéoludique, op.cit., p. 10.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.