L’écoféminisme de Camille Juthier

auteure invitée: Marie Constant

Camille Juthier est une artiste française contemporaine, à l’issu de la récente 64eme édition du Salon de Montrouge , elle remporte six mois de résidence artistique Aux Ateliers Médicis. Sensibles à la cause écologique, ses œuvres proposent des réflexions autour d’une des fonctions négligée de la nature : le fait de soigner. Son travail dévoile les ressources qu’offre le monde comme autant d’antidotes à la société contemporaine et polluante.

ECOFEMINISME VS CAPITALISME

Emilie Hache, dans l’introduction de son recueil1, explique : « [les écoféministes] parlent plutôt de la terre -, pas seulement [de] quelques espaces prétendus vierges et sauvages, mais toute la terre, celle qui a été détruite et polluée comme celle qui a été préservée, celle que l’on cultive comme celle que l’on habite. » (p. 24) Les œuvres de Camille Juthier entrent en résonnance avec les textes des écoféministes comme celui d’Emilie Hache. Son travail propose de nombreux allers-retours entre cette terre qu’il faut préserver, les ressources qu’elle peut encore nous offrir, et la terre empoisonnée.

Elle rappelle le lien historique entre la nature et la femme. Considérées comme sorcières dès lors que la médecine officielle a fait son apparition, c’était pourtant bien les femmes qui étaient alors médecins, chirurgiennes et infirmières, grâce au savoir des plantes qu’elles ont obtenue à force d’expérimentations. Ce phénomène a été brillamment mis en lumière dans le livre Sorcières, sages-femmes & infirmières de Barbara Ehrenreich et Deirdre English2. Dans la culture médicinale, il est donc difficile de passer à côté des femmes, ces premières soigneuses, pourtant, comme l’explique Pasale d’Erm dans son ouvrage Sœurs en écologie3, c’est ce lien avec la nature qui les a d’abord desservies. Ainsi, si les féministes des années 70 ont du se désolidarisées de la nature pour s’affirmer et faire entendre leurs revendications, aujourd’hui, une reconsidération de la nature est prôné parce qu’essentiel à l’ère de l’anthropocène. « [Les sœurs en écologies] sont les guides de ce monde nouveau que nous souhaitons voir advenir, un monde sain, respectueux, durable pour nos enfants. J’espère être l’une des leurs, femmes et hommes, avec en moi féminin et masculin réconcilié. » (p. 179)

Par son art, Camille Juthier apparait comme l’une des leurs. Comme nous le verrons, elle montre que la médecine, qui était alors basée sur les bienfaits des plantes, se présente actuellement comme une drogue avec autant de molécules modifiées. Elle questionne alors un parallèle entre la sorcière guérisseuse, figure écoféministe, dans la société de consommation patriarcale.

Camille Juthier, Axe peau, et si tout devenait bleu, brillant ?, 2018.
Peinture au gel douche Axe et pâte à modeler, branches, 2m10 x 2m80. Courtesy de l’artiste.

Ces molécules modifiées et autres produits, souvent nocifs, on les retrouve partout. Elles semblent être le symbole du capitalisme outrancier et patriarcal. L’œuvre Axe peau, et si tout devenait bleu, brillant ?,  en propose une illustration. Elaborée avec du gel douche à la place de la peinture, l’artiste s’interroge au sujet de cette couleur littéralement surnaturelle. Cette couleur est paradigmatique de la société de consommation : elle n’a aucun référent dans la nature, sa création emploi des perturbateurs endocriniens. Pourtant, elle est symboliquement associée à la santé, à la propreté, à une injonction de pureté. On la retrouve dans les boissons énergisantes, la lessive, et le gel douche… qui sont au plus près de notre corps.  Cette couleur chimique, presque fluorescente, idéalise la nature, renvoie à la fraicheur et à la performance. Ce n’est pas une coïncidence si elle est associée à un gel douche pour homme car elle renvoie également à l’hyper virilité. Cette œuvre est d’autant plus intéressante qu’elle ne se laisse pas simplement regarder : elle est odorante. Fluorescente et odorante, elle agit directement sur le public,  qui l’associe à ce besoin de consommation, à la performance : une vraie madeleine de Proust !

Ce n’est pas la seule couleur qui créée ces attentes chez le public, car nous sommes entourés d’une accumulation de signaux séducteurs qui nous appellent à la consommation et qui nous font passer outre les dangers qu’ils pourraient contenir. Toujours dans son travail sur la couleur, Camille Juthier, propose également une œuvre, teinture de jaune.Ce tissu jaune fluo, en étant installé au côté de la peinture Axe peau, et si tout devenait bleu, brillant ?, illustre cette accumulation ; il est associé à la chimie et au nucléaire, notamment pour signaler quelque chose de dangereux ou de toxique. Pourtant, il fait les beaux jours du marketing, en visant tout particulièrement un public jeune de 18-25 ans, associé à ce moment-là au soleil.

LES PLANTES, PREMIÈRES NOMADES

Les plantes, premières nomades pour leurs vertus, seraient le remède au monde occidental contemporain, et nous amène à réenvisager les éléments qui nous entoure, comme une nécessité de porter attention à toutes les formes d’êtres sensibles, les minéraux, les végétaux…

Cette dimension de voyage se retrouve dans l’œuvre de Camille Juthier où la plante médicinale s’importe en Europe. La vidéo N’importe quelle chose glisse, routine végétale (2019) se veut témoin de ce voyage. N’avons-nous pas plus à apprendre des cultures que nous mettons en danger de disparition ? En effet, la vidéo alterne les plans du dernier agriculteur lyonnais, Pierre-Louis Perraud, qui est le dernier à travailler à Lyon intra-muros avec la méthode traditionnelle transmise par son arrière-grand-père. Malheureusement, et malgré la visibilité que lui ont accordée plusieurs médias, comme Canal + ou France 5, il est progressivement poussé hors de la ville. La vidéo se compose de séquences articulant pratiques traditionnelles et intensives de l’agriculture. Les champs de maïs semence de Monsanto apparaissent comme modèle hégémonique. Finalement, la vidéo offre une réflexion sur ce qui soigne et sur ce qui empoisonne. Alors même que la France se considère comme étant à la pointe de la technologie et de la médecine, elle use pourtant de pratiques mortelles comme les semences Monsanto.  Au contraire, une attention aux plantes, illustrés par des plans tournés au Sénégal mettant en scène l’hôpital traditionnel de Keur Massar, qui soigne ses patients uniquement grâce à son jardin botanique, fait réfléchir le public au sujet de sa propre consommation, de sa propre société, proposant des croisements entre Afrique et Occident, entre remède et poison.

Camille Juthier, Quel dommage de ne pas pouvoir additionner mon génome avec cette plante. Quel dommage de ne pas pouvoir additionner mon génome avec cette fille (détail), 2019.
Vue d’exposition Salon de Montrouge. Courtesy de l’artiste.

La plante voyageuse s’illustre d’ailleurs dans bon nombre des œuvres de Camille Juthier, dans plusieurs de ses installations elle propose une réflexion autour de la Doli susu i da la, plante issue de Côte d’Ivoire qui soigne les maux liés au sang et qui apaise notamment les douleurs menstruelles. Son œuvre, cette teinture d’un rouge discret, évoque la correspondance entre forme et fonction : elle est rouge, comme les maux qu’elle soigne. Cette teinture discrète s’oppose au bleu ou au jaune outranciers dont nous avons déjà parlé. Ainsi, dans son travail, elle pointe le  culte de l’apparence : le bleu fluo, fantasmé, pourtant si aguicheur ne prouve aucune vertu réelle, si ce n’est le désir de virilité et de performance  évoqués précédemment. Quant à elle, et aussi discrète qu’elle soit la Doli susu i da la possède de réelles vertus.

Les plantes possèdent d’immenses pouvoirs et sont proposées comme autant d’alternatives à notre monde. Des alternatives nécessaires car, si elles ont été les premières nomades, c’est tristement les pesticides et autres molécules synthétisées en laboratoire qui sont les nomades d’aujourd’hui, qui s’insinuent absolument partout à la différence fondamentale du premier voyage, celui des plantes, qui fut porteur de vie et de mélanges, tandis que la seule chose que porte avec lui le second voyage, celui des pesticides, c’est la mort.

LA PLANTE REMÈDE ET POISON

La réflexion sur la plante comme outil médicinal important est couplé avec la possibilité d’empoisonnement. S’il faut maîtriser la connaissance des plantes, comme tant de sorcières avant nous, c’est pour ne pas souffrir de leur potentialité toxique. Dans l’œuvre de Camille Juthier cependant, rien ne montre une forme d’agressivité. Bien au contraire, les plantes qu’elle utilise symbolisent la puissance de la nature.

Les Arum d’Italie se placent en hauteur comme la reconstruction d’un feuillage, comme si elles veillaient sur ce qu’elles dominent.Cette plante, dont les feuilles sont ici emprisonnées dans du plastique est accrochée au plafond. Feuilles communes, elles soignent notamment toux et arthrose, mais ici, elles sont dans l’incapacité d’agir : le plastique les étouffe et les suffoque, accompagnant ainsi leur dégradation. Elles vieillissent et s’abîment au rythme biologique de la décomposition, phénomène naturel qui rappelle l’immuable cycle de la vie, alors que le plastique lui, émanation de notre « modernité » alignée sur le paradigme de l’utilitaire et du pratique, immuable pollution, ne bouge pas : encore un appel à l’écologie, où la nature se désagrège et se nourrit d’elle-même, alors que le plastique, issu de combustion, l’abîme dans une éternelle stérilité. Le plastique empêche la plante d’offrir ses bienfaits, en témoin du monde capitaliste.

Il offre également une protection contre les baies de l’Arum d’Italie, qui sont la partie la plus toxique de la plante et lance la question du préventionisme aigu, du sécuritaire hystérique et des peurs fantasmées qui font les choux gras des politiques, des banques, des assureurs : créer un monde de peur pour pouvoir vendre à prix d’or des solutions de « protection » tout aussi illusoires que les peurs créées à cet effet…

Mais alors, sous prétexte de protéger le monde, la société contemporaine occidentale établit une zone de confort, pour que les gens n’aient plus accès à la connaissance des plantes, à ce qui pourrait le soigner. Il n’hérite plus du savoir ancestral auquel les écoféministes font écho, il ne se souvient que du danger annoncé par la société capitaliste. Plutôt que de faire le tri, il se drogue.

La force de la nature est également illustrée dans Cynobacteria, elle présente des Cyanobactéries, ce sont les premiers organismes (encore) vivants, ceux qui ont réussi à s’adapter et s’adaptent toujours. Plante autant que bactérie, dépassant les classifications, elle créée l’oxygène qui est vital à l’espèce humaine. Cette même fonction des plantes a été négligé par l’humain, et ce jusqu’au récent sursaut écologique illustré, par exemple, par les marches pour le climat.

Pourtant, les Cyanobactéries sont capables, en croissant, d’apporter un trop-plein d’oxygène qui est mortel car il mène à l’extinction des espèces, illustrant ainsi le célèbre adage de Paracelse « rien n’est poison, tout est poison, c’est avant tout une question de mesure ». Ainsi, le surnombre des Cyanobactéries tue, mais ce sont ces mêmes hybrides, entre plante et bactérie, qui permet de développer les fleurs, les mares, les rivières… Ainsi la nature possède son propre équilibre, hermaphrodite et inter-espèce.

CONCLUSION

La nature constitue un écosystème mouvant où tous les êtres et les phénomènes sont interconnectés : la pollinisation, le vent, les insectes, la pluie… La plante elle-même est mutante, mieux que l’humain, son patrimoine génétique change et s’adapte à la pollution. Et puisque l’humain les consomme, il est impacté par ces changements. Comme les cyanobactéries qui changent de couleur selon leur exposition au sel ou au soleil. Ainsi, les plantes et leurs propriétés ont des interactions directes avec l’humain, qu’il les consomme ou qu’il les vénère selon les cultures. Elles ont été mises sur le banc de touche, en bas de la hiérarchie. Pourtant elles vivent, se déplacent, évoluent et meurent, tout comme l’humain qui s’est cru supérieur, nous amenant ainsi à cette ère de l’anthropocène. C’est bien l’œuvre Bientôt les plantes nous absorberons qui rend justement compte de la capacité des plantes à respirer, à s’adapter, et cela mieux que l’humain. Cette ère de l’Anthropocène est étudiée par Danya Glabau au travers de divers auteurs :

 «  Ces auteurs montrent chacun un panel complet des difficultés à vivre dans l’Anthropocène et des observations optimistes des modes de vies qui préfigurent comment les humains et les non-humains pourraient trouver de nouveau moyen de prospérer ensemble dans ce qui semble [pourtant] être un moment de déclin. »[4]

C’est bien ce que propose Camille Juthier dans son travail : elle préfigure des moyens de prospérer avec les plantes et le monde qui nous entoure, tout en faisant un état des lieux réaliste.

Camille Juthier, Quel dommage de ne pas pouvoir additionner mon génome avec cette plante. Quel dommage de ne pas pouvoir additionner mon génome avec cette fille, 2019.
Vue d’exposition Salon de Montourge. Photo © Matthieu Camille Colin.

L’œuvre de Camille Juthier, résolument contemporaine et ancrée dans notre culture, par l’utilisation de gel douche ou encore d’écrans, remarque un réel souci de notre monde et propose autant d’alternatives que de mises en garde. Il n’est pas une question de retourner aux sources et d’abandonner toute conception culturelle, mais bien d’apprendre à vivre avec notre monde contemporain et les savoirs ancestraux, tout en sachant trier les poisons des remèdes. Par son art, elle démontre qu’il est temps de concilier nature et culture, le passé et le futur, la technologie et la science, la vie des plantes, le masculin et le féminin.


1 Emilie Hache, Reclaim, recueil de textes écoféministes, Collection « Sorcières », Editions Cambourakis, 2016.

2 Barbara Ehrenreich et Deirdre English, Sorcières, sages-femmes & infirmières, Collection « Sorcières », Editions Cambourakis, 2014.

3Pasacle d’Erm, Sœurs en Ecologie, Edition la Mer Salée, 2017.

[4] Danya Glabau « Feminists write the Anthropocene: three tales of possibility in Late Capitalism », Journal of Cultural Economy, 2017. DOI: 10.1080/17530350.2017.1350597


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.