Des cendres et des femmes-fleurs. La science-fiction féministe : pure utopie ou modèle bon à penser

AUTEURE INVITÉE: Marie Constant,
Master 2 de Sciences et Techniques de l’Exposition à Paris 1 Panthéon Sorbonne

Dans les années 1980, à l’ère du New Age, le mouvement éco-féministe est apparu au côté des écologistes afin de défendre tout à la fois l’environnement mais aussi le droit des femmes. Ce rapprochement entre la nature et la féminité a opéré un retour à des croyances plus anciennes qui, dans diverses mesures, a contribué à l’émergence de médecines alternatives ou ou au retour de rites néo-païens. Starhawk, universitaire, écrivaine et sorcière néo-païenne, est une figure de proue de ce mouvement dont elle explique la naissance, les tenants et les aboutissements dans son essai : Rêver l’obscur1. Dans cet ouvrage, on peut trouver une utile bibliographie indicative mais non-exhaustive de romans relevant du genre de la science-fiction éco-féministe.

Les éco-féministes ont en effet utilisé le genre de la science fiction car c’est une littérature qui leur permettait de projeter l’image d’un monde féminin et peut-être alors meilleur. Aujourd’hui encore, on retrouve dans les textes de science-fiction écrits par des femmes des questionnements féministes ou éco-féministes, sans pour autant que l’auteure ne revendique cette pensée. Bien que les personnages féminins forts et principaux soient de plus en plus présents dans les littératures de l’Imaginaire, il est évident que « […] les textes féminins/féministes de science-fiction visent d’abord à déconstruire l’artefact sexual – l’image aliénante – de la femme […] Une démarche opposée à celle de bien des textes masculins qui construisent implicitement ou explicitement l’image de la femme, comme Adam [c’est à dire l’homme créant, et donc étant supérieur à la femme : ] Ève2 ». Notons que la représentation de la femme dégagée d’une perception uniquement sexualisée reste encore une terra incognita, un champ qui demande à être encore plus investi, pensé, actualisé, car les auteures sont encore grandement minoritaires au sein des récits science-fictifs.

La nouvelle science-fictive « Cendres » a été écrite par Joëlle Wintrebert publiée en 20053 . Elle propose une utopie matriarcale dans laquelle les habitantes de la planète auto-nommées les « Cendrées », sont des femmes-fleurs. La narratrice, humaine de l’Empire, envoyée pour explorer la planète éponyme, doit s’habituer aux mœurs et coutumes de cette société. Le texte qu’elle livre est son témoignage destiné à son commandant.

Sylvie Allouche fait une analyse des utopies matriarcales dans « Politique de l’altération des corps et des facultés reproductrices humaines dans quatre utopies féministes de science-fiction »4. Grâce à ce texte on peut se faire une meilleure idée de la raison du succès rencontré par cette littérature au sein du mouvement écoféministe :

«  […] contrairement au texte philosophique traditionnel où l’auteur proclame implicitement adhérer aux thèses qu’il présente, l’écrivain de science-fiction est libre de présenter des idées qui ne sont pas les siennes et qu’il désire expérimenter.  La science-fiction apparaît alors comme un terrain d’expérimentation de la pensée, un espace transitionnel où l’on essaye et où l’on joue. Bien sûr, les auteurs peuvent avoir en général une thèse à défendre et même s’ils n’en sont pas conscients, l’analyste pourra chercher une philosophie sous-jacente à l’œuvre. »

Nous nous proposons ici de lancer quelques axes d’étude autour des problématiques féministes qui découlent des rapports entre les femmes et les fleurs au sein de la nouvelle de Joëlle Wintrebert.

L’éco-féminisme

Dès l’incipit de la nouvelle de Joëlle Wintrebert les problématiques féministes se posent. La narratrice s’exclame :

« Les hommes ! Votre rire résonne encore à mon oreille. « Vous avez peur de ces arriérées [c’est-à-dire les Cendrées] ? » […] Ces « arriérées » vous ont damé le pion, commandant. Il fallait réfléchir davantage à ce nom qu’elles ont donné à leur planète : « Cendres »… Vouer le passé aux flammes, ce n’est pas l’oublier. » (p.281)

La narratrice interpelle bien son commandant au début de sa déposition, mais elle le généralise en disant « les hommes », les opposants clairement aux femmes, incarnées ici par les « Cendrées ». Le mépris que le commandant affiche est donc l’illustration du mépris général des hommes sur les femmes. Ce thème est largement exploité dans divers récits science-fictifs écrits par des femmes : les personnages féminins doivent souvent se battre pour trouver une place digne, une place d’égal, dans les sociétés imaginaires et futuristes tel un miroir de la réalité.

Or, l’auteure inscrit sa nouvelle dans la lignée des récits de science-fiction éco-féministes en appelant à ne pas oublier les flammes et le passé. En effet, comme nous l’avons soulevé en faisant allusion à Starhawk en introduction, l’éco-féminisme s’est rapidement teinté d’ésotérisme, beaucoup de femmes de ce mouvement s’étant proclamées sorcières dans les années 1980. Ainsi, Isabelle Stengers, universitaire et philosophe, qui s’intéresse au féminisme et à l’écologie et qui a préfacée Starhawk, est régulièrement citée5 pour cette phrase : « il est difficile, […] d’avoir à nouveau l’odeur des bûchers dans les narines, de « sentir le désastre6 ».

Joëlle Wintrebert, dans son incipit, annonce donc une nouvelle sous l’égide du traumatisme des éco-féministes identifiées comme sorcières. L’auteur se rapproche de ce mouvement, aussi bien d’un point de vue féministe en invoquant le mythe de la sorcière brûlée vive, c’est à dire la femme persécutée par les hommes, mais également en inscrivant la nature au cœur des expérimentations de la pensée que propose « Cendres ».

Sur la planète du récit de science-fiction la végétation est en effet omniprésente. C’est d’ailleurs la principale information dont dispose la narratrice en débarquant et, par extension, c’est donc le peu de connaissance dont dispose l’Empire. La planète est alors décrite : « […] l’architecture de leurs villes est rudimentaire mais il n’y a pas de construction qui ne soit accompagnée d’un jardin, et la moindre fleur se déploie en fastueuses corolles ». (p. 282)

Ainsi, l’Empire avait choisi d’étudier cette planète car elle semblait n’être habitée que par des femmes. La mission de la narratrice était classée humanitaire car les Cendrées étaient jugées sous-développées par l’aspect rudimentaire de leurs constructions. « Dans des sociétés considérées comme avancées [comprendre l’Empire], les activités humaines et les habitats qui les accueillent se confondent déjà largement dans une « mécanosphère7 ». En partant de ce postulat, qui consiste à dire que pour qu’un peuple soit avancé il doit obligatoirement être mécanisé, il est tout naturel que pour l’Empire et le Commandant, la végétation outrancière de Cendres apparaisse comme un signe de société « primitive ». Les Cendrées sont donc considérées comme des arriérées.

Mais, dans son témoignage, la narratrice ne cesse de mettre en valeur la bêtise de son commandant (et peut-être aussi, des hommes en général puisqu’elle fait cette généralité dans l’incipit) :

« Vos « arriérées » disposaient d’une pièce aveugle, commandant, et moi, je vous entendais encore vous gargariser avec l’évidence de leur technologie rudimentaire ».

Peut-on lire page 283, puis quelques lignes plus bas :

« […] elles sont revenues avec mon casque-mémoire et m’ont fait signe de m’en coiffer. Elles avaient maîtrisé l’appareil et importé toutes les données nécessaires. Vos « arriérées ! » »

Ces deux citations montrent bien que le commandant a largement sous-estimé les capacités des Cendrées, les traitant comme des moins que rien. Le doute plane : son comportement serait-il dû au fait que la planète végétale semble posséder peu de technologie ou serait-ce dû au fait que cette planète n’être habitée que de femmes ?

Femmes-fleurs…

Les Cendrées ont la particularité d’être semblables à leur végétation contrairement aux humains dont « les relations […] aux milieux passent par des médiations, qu’ils ont continuellement étendues et développées. »8 Ainsi les êtres de la planète Cendres se sont adaptés à leur flore, contrairement aux humains, et à l’Empire qui a cherché à plier la nature à ses besoins et ses envies :

« Ces filles sont des géantes. La faible gravité de leur planète explique sans doute ce particularisme. À l’image de la faune et de la flore que les sondes nous ont montrée. » (page 282)

Les descriptions trahissent une végétation longiligne :

«  Les Cendrées ressemblent à leurs plantes, avec leurs membres grêles et longs tannés par le soleil, leur odeur de sève, et leurs têtes ennuagées d’un invraisemblable fouillis de cheveux incolores piquetés de babioles. » (pages 282 et 283)

Elles font de toute évidence corps avec leur planète, leur nature. La société s’organise d’ailleurs en fonction de la nature, de la flore. Ici, nous retrouvons un postulat écologique (et par extension éco-féministe), puisque les Cendrées vivent en bonne intelligence et harmonie avec la nature. Elles vivent entourées de plantes, de fleurs, s’en nourrissent exclusivement et ne cherchent pas à dompter la nature, à prendre le dessus sur elle, ni à la façonner à leur image. Tout au contraire, et la planète le leur rend bien :

« Quant aux vertus de leurs fruits ternes et poilus qui deviendront rouge vif et glabres à maturité et qui se cara mélisent dès qu’on les passe à la flamme. Quant à la saison des pollens, lorsque les vents soufflent du sud, et que la ville toute entière se nappe d’un voile jaune [et comestible]. » (page 285)

Contrairement aux allégories végétales qui hantent la littérature, dans cette nouvelle, la fleur n’est pas d’inspiration religieuse, elle n’incarne ni la vertu, ni la pureté, ni la hiérarchie morale. Elle n’a pas non plus une visée poétique, comme cela a été souvent le cas au XIXe siècle, mais on peut dire que, par un effet de glissement symbolique, elle « s’oppose à la culture […] morale, sociale et masculine […] »9 de l’Empire.

Ainsi, l’abondance offerte par la nature trahi le fait qu’« à leur manière, les œuvres du genre [de la science-fiction] donnent aussi à voir ce que peuvent devenir les milieux de vie, en fonction de la façon dont ils sont traités par les humains ou les êtres qui les occupent10 ».

Au vu du bon déroulement et de l’équilibre de vie qui règne sur Cendres, nous sommes donc bien en présence d’une utopie matriarcale.

…et hommes-oiseaux

Les recherches de la narratrice finissent par porter ses fruits. Elle s’exclame :

« […] je viens de découvrir ce que deviennent les mâles de cette planète : des volatiles ! […] Hommes ou ani maux ? […] l’air gonfle les voiles de chair qui relient les membres de ces garçons comme des ailes de chauve- souris… sacs de cuir mort quand elles pendent de part des d’autre de leurs corps […] » (p. 286).

Joëlle Wintrebert nous évite fort judicieusement le truisme de la métaphore des femmes plantes et d’hommes insectes qui les butineraient…

Sur cette planète, les hommes sont des oiseaux. Alors que les femmes, grâce à la faible gravité, prennent une apparence proche de la tige et de leurs fleurs ; les hommes, quant à eux, résistent à la gravité et s’envolent. Les petits garçons ont d’ailleurs les pieds lestés jusqu’à ce qu’ils soient en âge de voler, alors que les fillettes demeurent pieds nus.

L’explication fournie par Joëlle Wintrebert étant limpide, nous nous permettons de la citer et de la commenter par la suite :

« […] à leur arrivée sur Cendres, les colons sortaient d’animation suspendue. Ils n’avaient pas l’habitude d’une gravité diminuée. Au lieu d’en tirer avantage, ils ont cherché à la neutraliser. […] Ils ont croisé leurs gènes avec ceux d’un chiroptère local. Ils se sont enthousiasmés bien trop vite pour les changements qu’ils avaient obtenus, et qui ne touchaient que les garçons, leur donnant ce pouvoir inouï de se gagner des ailes […] Au lieu d’attendre deux ou trois générations, ce qui leur aurait permis d’évaluer les conséquences fastes ou néfastes […] ils l’ont généralisé aussitôt. » (p. 288)

Cette erreur semble être récurrente dans les œuvres de science-fiction, on la retrouve dans Dune de Franck Herbert, ou chez Robert Silverberg, cités par Yannick Rumpala :

« La solution génétique pourra paraître plus rapide en tout cas que d’attendre l’adaptation de l’espèce humaine par des processus évolutifs « naturels ». Bref, si l’habitabilité de la planète paraît se réduire, il peut y avoir tentation de proposer l’adaptation de la biologie humaine comme la solution (au bout du compte) la plus commode. »11

Joëlle Wintrebert tourne plutôt en dérision cette affirmation car les Colons, comme les appelle les Cendrées, n’étaient pas confrontés à une grave inhospitalité de la planète et ils auraient pu justement attendre, s’adapter d’eux-mêmes à la planète tout comme les Cendrées. Mais la folie du progrès a été incarnée par les Colons – de genre masculin – et qui se sont donc volontairement modifiés. Cela leur semblait plus rapide et « c’était plus commode. » Cependant « quand les hommes ont compris que leurs capacités intellectuelles déclinaient, il était trop tard. » (p. 288)

Ainsi les hommes de la planète Cendres sont présentés comme des oiseaux diurnes, auto-suffisants qui ne servent qu’à la reproduction (avec une parade nuptiale digne des oiseaux) et au plaisir des yeux (les Cendrées et la narratrice les trouvent « beaux comme des anges »). On pourrait ajouter qu’ils sont beaux et inoffensifs comme des anges, car la narratrice apprend qu’ « avant, les hommes gouvernaient en maîtres. Les filles étaient à leurs ordres, subalternes, souvent battues » (p. 288)

Ainsi, les nouveaux hommes, les hommes-oiseaux ont tout pour plaire à la gente féminine quel que soit l’origine de cette dernière, car cela semble renvoyer la narratrice à sa propre réalité. Elle déclare à son Commandant, page 291 :

« Les moyens de reproduction des humains entre eux sont rarement aussi délicats et originaux. »

On peut alors justement supposer que les humains de l’Empire, aussi évolués qu’ils cherchent à le faire croire, sont violents parfois au point de pratiquer le viol. En opposition avec la parade de l’homme-oiseau qui a attendu l’autorisation de la narratrice avant de s’accoupler avec elle.

En perdant son esprit, l’homme a perdu ce qui le définissait en tant que tel. Les hommes-oiseaux ne semblent en effet pas doués de parole. Cependant en perdant ses attributs humains, l’homme a également abandonné sa violence. La violence masculine est d’ailleurs un thème exploité par Sylvie Allouche, car chacune des quatre utopies matriarcales qu’elle a étudiées fonctionnent sur un principe de non-violence, qui est apparenté à la disparition des hommes.

Ainsi les Cendrées tout comme les autres peuples littéraires étudiés par Sylvie Allouche préfèrent de nouvelles alternatives. Dans la nouvelle qui nous concerne : les femmes préfèrent s’accoupler avec des oiseaux et vivre entre elles plutôt que de subir le joug des hommes. Pourtant, la narratrice issue d’un monde soi-disant développée, est elle-même confronté à la violence et au mépris masculin.

Conclusion

De nombreuses recherches paraissent ces dernières années au sujet de la place des femmes dans les littératures de l’Imaginaire. Comme le montre « Cendres » l’utopie matriarcale fonctionne mieux grâce à la paix qui a été engendrée par la disparition des hommes-humains, remplacés par des hommes-oiseaux, stupides mais beaux et doux. Depuis cette disparition, elles vivent en harmonie avec la nature, au sein de leur société, tout en possédant des savoirs et des compétences technologiques.

« Autrement dit, si la science est telle qu’elle est, avec tous ses défauts, c’est parce qu’elle est le produit d’hommes. Autrement dit encore, les femmes produiraient un autre type de science, voire une autre science tout court. [Il est ici dénoncé] un relativisme culturel lié au sexe (ou à proprement parler au genre) sur lequel déboucheraient les gender studies. »12

1 Starhawk, Rêver l’obscur, Femmes, magie et politique, Collection « Sorcières », Editions Cambourakis, 2015.

2 Elisabeth Vonarburg, « Les femmes en tant qu’artefactes dans la science-fiction moderne », Colloque de Cerisy, Science-fiction et imaginaires contemporains, sous la direction de Francis Berthelot et Philippe Clermont, 2006, p. 259.

3 1) In anthologie composée par Bruno della Chiesa : Utopiæ. Nantes L’Atalante, 2005 (La Dentelle du cygne) 2) In : La créode et autres récits futurs, recueil, Le Bélial’, 2009. C’est sur cette dernière édition que nous basons notre études et donc, auxquels les numéros de page renvoient.

4 Sylvie Allouche, « Politique de l’altération des corps et des facultés reproductrices humaines dans quatre utopies féministes de science-fiction », Les Représentations du corps dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, Éditions Michel Houdiart, 2005, p. 258.

5 Marie Richeux, Ana Vaz, Poésie et magie, « Au singulier », France Culture, diffusé le 15 décembre 2015.

6 Philippe Pignarre, « Apprendre le communisme », Multitudes (n° 45), février 2011, p. 160-165.

7 Yannick Rumpala, Hors des décombres du monde, Écologie, science-fiction et éthique du futur, Champ Vallon, 2018, p. 47.

8 Yannick Rumpala, op.cit., p. 76.

9 Françoise Dupeyron-Lafay, « Métaphores et métamorphoses végétales : les femmes-fleurs dans la littérature et la peinture du XIXe siècle », Les Représentations du corps dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, Éditions Michel Houdiart, 2005, p. 35.

10 Yannick Rumpala, op.cit., p. 38.

11 Yannick Rumpala, op.cit., p. 78.

12 Hugues Chabot, « Le relativisme épistémologique dans la science-fiction contemporaine », Colloque de Cerisy, Science-fiction et imaginaires contemporains, sous la direction de Francis Berthelot et Philippe Clermont, 2006, p. 96.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.